eric

12 dictons de motivation pour arrêter de fumer

La Journée mondiale sans tabac est célébrée chaque année le 31 mai pour inciter les gens à cesser de mâcher ou de fumer la substance.

Cette journée vise à attirer l’attention sur les effets néfastes du tabac sur la santé, qui peuvent provoquer des maladies cardiovasculaires, notamment des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux.

Alors que le monde lutte contre la pandémie de COVID-19, ceux qui sont des fumeurs habituels courent de grands risques. L’Organisation mondiale de la santé travaille sur une campagne pour soutenir les millions de fumeurs qui prennent activement des mesures pour sauver leur vie.

«Les fumeurs ont un risque jusqu’à 50% plus élevé de développer une maladie grave et de mourir du COVID-19, donc cesser de fumer est la meilleure chose que les fumeurs peuvent faire pour réduire leur risque de développer ce coronavirus, ainsi que le risque de développer des cancers, des maladies cardiaques et respiratoires maladies », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. «Nous exhortons tous les pays à jouer leur rôle en se joignant à la campagne de l’OMS et en créant des environnements sans tabac qui donnent aux gens les informations, le soutien et les outils dont ils ont besoin pour cesser de fumer et cesser de fumer pour de bon.»

Selon l’OMS, environ 39% des hommes et 9% des femmes dans le monde consomment du tabac. Les taux de tabagisme les plus élevés se trouvent actuellement en Europe à 26%.

Voici quelques dictons de motivation de Brainy Quote, mettant en évidence les effets du tabac et les avantages de cesser de fumer aujourd’hui:

1. «Le vrai visage du tabagisme est la maladie, la mort et l’horreur – pas le glamour et la sophistication que les promoteurs de l’industrie du tabac essaient de dépeindre.» – David Byrne

2. «Le tabac est la seule industrie qui fabrique des produits qui réalisent d’énormes profits tout en nuisant à la santé et en tuant leurs consommateurs.» – Margaret Chan

3. «La culture consiste à déménager dans un endroit où le tabac et le tabagisme ne font pas partie de la vie normale: les gens ne le rencontrent pas normalement, ils ne le voient pas dans leurs grands supermarchés, ils ne voient pas les gens fumer dans les lieux publics, ils ne voient pas de distributeurs automatiques de tabac. » – Andrew Lansley

4. «J’ai choisi de faire savoir aux femmes, en particulier aux jeunes femmes, que le tabac n’est pas glamour – il crée une dépendance et le tabagisme nuit gravement à votre santé.» – Mena Suvari

5. «Les cigares, les cigarettes et le tabac à narguilé sont tous du tabac fumé – addictif et mortel. Nous avons besoin d’une action efficace pour protéger nos enfants contre une dépendance permanente à la nicotine. » – Tom Frieden

6. «La fumée de tabac contient des produits chimiques qui affaiblissent le système immunitaire du corps, le rendent plus vulnérable aux maladies et handicapent sa capacité à détruire les cellules cancéreuses.» – Michael Greger

7. « Chacun de nous devrait penser à l’avenir. Chaque bouffée de cigarette est une autre tique plus proche d’une bombe à retardement aux conséquences terribles. Christopher Hitchens ne se souciait pas des conséquences de la cigarette. Tragiquement, il est mort d’un cancer de la gorge en Décembre 2011.  » – Ray Comfort

8. « Le désir est le point de départ de toute réalisation, non pas un espoir, pas un souhait, mais un désir vif et palpitant, qui transcende tout. » – Napoléon Hill

9. « Il faut beaucoup de dévouement pour arrêter de fumer, et que vous abandonniez pour de bon lors de votre premier essai ou que vous deviez faire quelques essais – continuez simplement à vous lancer et vous réussirez. » – Harmon Killebrew

10. Reprenez votre vie aux compagnies de tabac. Ils ne vous possèdent plus. – Duane Alan Hahn

11. «Il ne fait aucun doute que le tabac crée une dépendance et que le tabac tue.» – Dick Durbin

12. «Les fabricants de tabac ont connu très tôt le caractère addictif de leur produit.» – Neil Cavuto

L'Organisation mondiale de la santé affirme que puisque le tabagisme altère la fonction pulmonaire, les fumeurs courent probablement un risque plus élevé de développer des cas graves de Covid-19 L’Organisation mondiale de la santé affirme que puisque le tabagisme altère la fonction pulmonaire, les fumeurs courent probablement un risque plus élevé de développer des cas graves de Covid-19 Photo: AFP / Khalil MAZRAAWI

Prévenez le cancer du poumon en arrêtant de fumer dès maintenant



gros plan d'un appareil: Journée mondiale sans tabac: prévenir le cancer du poumon en arrêtant de fumer dès maintenant


© Fourni par News18
Journée mondiale sans tabac: prévenir le cancer du poumon en arrêtant de fumer dès maintenant

Le tabagisme est considéré comme la cause la plus évitable de cancer et de décès par cancer. La fumée de tabac contient des produits chimiques cancérigènes connus sous le nom de cancérogènes et ces produits chimiques sont connus pour causer le cancer chez tout individu. Ainsi, chaque fois qu’une personne fume une cigarette, du beedi ou du tabac à mâcher, les produits chimiques pénètrent dans les poumons et se propagent souvent à d’autres parties du corps. Non seulement le cancer, mais l’exposition au tabac peut également entraîner une maladie respiratoire chronique. Par conséquent, la première étape pour une meilleure santé consiste à arrêter de fumer.

Cesser de fumer présente de nombreux avantages pour la santé, notamment une réduction du risque de cancer et contribue également à améliorer le pronostic des patients atteints de cancer. Bien que le cancer soit mortel, il peut être traité avec succès s’il est diagnostiqué à un stade précoce. L’une des principales raisons du cancer du poumon est la consommation de tabac. L’usage du tabac provoque non seulement le cancer du poumon, mais aussi des cancers de la bouche et de la gorge, de la boîte vocale, de l’œsophage, de l’estomac, des reins, du pancréas, de la vessie pour n’en citer que quelques-uns. Parmi ces cancers de la tête et du cou et du poumon, les cas sont les plus importants. Le cancer du poumon est le cancer le plus répandu et est une cause majeure de mortalité liée au cancer chez les hommes en Inde. Comparativement, les cancers sont plus fréquents chez les hommes et la principale cause trouvée parmi eux est le tabagisme.

Pour détecter un cancer à un stade précoce, il est essentiel de faire un contrôle régulier et de garder un œil sur les symptômes. Toux persistante, douleur thoracique, difficulté à respirer, présence de sang dans les crachats, perte de poids sont quelques-uns des symptômes observés chez les patients atteints d’un cancer du poumon. Le plus tôt détecté, le plus tôt peut être guéri.

Mieux vaut prévenir que guérir. L’arrêt du tabac est la principale mesure préventive que les gens devraient respecter. Cependant, fumer tue non seulement celui qui fume, mais aussi les gens autour d’eux qui inhalent cette fumée. Le tabagisme passif ou le tabagisme passif entraîne également un risque plus élevé de développer un cancer.

Outre l’arrêt complet du tabagisme, certaines des autres mesures préventives pour une meilleure santé pulmonaire consistent à mener une vie saine et à minimiser l’exposition à des polluants élevés. Parallèlement à cela, les exercices de respiration aideront également à améliorer la capacité pulmonaire et à garder les gens en bonne santé.

La Journée mondiale sans tabac est célébrée chaque année le 31 mai pour attirer l’attention sur les effets nocifs du tabac et encourager les gens à cesser de consommer du tabac sous quelque forme que ce soit; que ce soit en fumant des cigarettes / cigarettes électroniques, du beedi ou du tabac à chiquer. Une approche importante pour réduire le nombre de consommateurs de tabac en Inde consiste à renforcer et à mettre en place des programmes complets de lutte antitabac qui aideront à intensifier les efforts pour mettre en œuvre des stratégies de prévention du tabagisme, en particulier chez les jeunes et les jeunes adultes, et à encourager les fumeurs à cesser de fumer.

L’auteur de cet article médical est le Dr Suhas Aagre, oncologue médical principal, ACI Cumballa Hill Hospital, Mumbai

Lire tous les Dernières nouvelles, dernières nouvelles et Actualités du coronavirus ici

Conseils de personnes qui ont arrêté de fumer

Des centaines de milliers de personnes arrêtent de fumer chaque année au Royaume-Uni. Ce n’est pas facile, mais de plus en plus de gens réussissent à arrêter.

Nous avons demandé aux personnes qui ont réussi à arrêter de fumer leurs trucs et conseils pour vous aider. Voici ce qu’ils ont recommandé.

Trouvez ce qui fonctionne pour vous

« Suivez un chemin qui vous soutient. Il n’y a pas de règles strictes et rapides. Ce qui fonctionne pour certaines personnes échoue à d’autres. »

Vous avez plus de chances de réussir avec le traitement et le soutien de votre service local gratuit pour arrêter de fumer., mais il existe de nombreuses façons d’arrêter. Continuez à essayer jusqu’à ce que vous trouviez la bonne méthode. 

«Avec une clinique [pour arrêter de fumer], vous avez la possibilité de vous asseoir et de parler à quelqu’un. Je pense que c’est la principale chose qui m’a aidé.» 

«Je pense que le vapotage aide parce que cela supprime toute envie de fumer, mais a également aidé à remplacer la routine qui était une grande partie de mes habitudes de tabagisme.»

«L’application NHS Stop smoking était un excellent outil car elle montrait un total cumulé de jours depuis l’arrêt du tabac et de l’argent économisé. Mais il contenait également des astuces, des astuces et des informations pour continuer à vous inspirer tout au long de votre parcours. »

«J’ai réalisé que je ne pourrais plus jamais toucher une autre cigarette ou que je reviendrais à la case départ. J’étais très accro à la nicotine.

Faites-le pour vos propres raisons personnelles

Qu’il s’agisse de protéger votre santé, d’économiser de l’argent ou de ne pas passer du temps avec les autres, les gens ont énuméré de nombreuses raisons d’arrêter de fumer. En plus de vous rappeler pourquoi vous voulez vous arrêter, pensez également aux avantages. 

« D’autres personnes qui m’ont dit d’arrêter n’ont pas aidé. Cela a aidé temporairement mais à long terme j’ai fini par y revenir parce que cela ne venait pas de moi et de ma propre réalisation. »

«J’ai recommencé à faire du vélo et j’ai vraiment adoré pouvoir le faire sans me sentir essoufflé.»

« De l’argent! J’ai tellement économisé sans dépenser d’argent en cigarettes.

«Cesser de fumer vous fera vous sentir en meilleure santé et plus autonome.»

Ne fais pas ça seul 

Les gens ont dit que partager leur expérience avec un professionnel, des amis ou une famille les avait aidés à arrêter de fumer pour de bon. 

«Je me sentais certainement très seul à essayer d’arrêter. Trouvez quelqu’un à qui parler. »

«J’ai fixé une date pour arrêter de fumer et j’en ai parlé aux gens afin que je doive m’y tenir et je l’ai fait. Leur soutien a été une aide considérable.

 

Exposer les enfants au tabagisme, c’est comme les étouffer – Expert en santé infantile

photo cigarette qui se consume

Les experts en santé publique avertissent que le tabagisme a non seulement des effets dévastateurs sur la santé, mais que son impact économique est énorme. 

Un spécialiste de premier plan de la santé infantile a décrit l’exposition des enfants à la fumée de cigarette secondaire et à d’autres dispositifs électroniques de distribution de nicotine, tels que les cigarettes électroniques et les vapoteurs, comme similaire à extirper la vie des enfants et à leur couper le souffle.

Le professeur Anthony Westwood, pédiatre à la retraite de l’hôpital pour enfants de la Croix-Rouge et conférencier au département de la santé des enfants et des adolescents de l’Université du Cap, a déclaré que le fait d’exposer des enfants à la nicotine leur refusait non seulement le choix de ne pas devenir dépendants, mais pourrait également avoir des conséquences dévastatrices pour leurs cerveaux en développement.

S’adressant à un groupe d’experts en santé publique lors d’un webinaire mardi, qui a discuté de la législation antitabac en Afrique du Sud avant la Journée mondiale sans tabac à la fin du mois de mai, Westwood a déclaré qu’une exposition précoce à la nicotine avait privé les enfants et les adolescents de leur avenir car ils devenaient souvent dépendants. et cela était «extrêmement difficile à inverser».

« Comment peut – on refuser sciemment aux jeunes un choix en mettant quelque chose dans leur cerveau quand leur cerveau aren ‘ t pleine maturité puis dire aujourd’hui , il était leur choix?

«La nicotine est l’une des substances les plus fortes qui créent une dépendance. Il est très addictif et toxique, et a des effets potentiellement permanents sur ces jeunes cerveaux affectant l’attention, l’apprentissage de l’humeur et le contrôle des impulsions.

En raison du manque de réglementation de certains dispositifs de distribution de tabac et de nicotine, Westwood a déclaré qu’il n’était pas difficile pour les jeunes en Afrique du Sud d’accéder à la nicotine. Il a dit que c’était l’une des raisons pour lesquelles le gouvernement devrait cesser de caler et adopter le nouveau projet de loi sur la lutte contre le tabagisme dès que possible.

Le projet de loi, qui interdit de fumer dans les espaces publics et les lieux de travail où il y a des enfants, y compris le projet de loi sur les systèmes de livraison électronique qui propose la réglementation des vapoteurs et des cigarettes électroniques, n’a pas encore été adopté, malgré la fermeture de la fenêtre de commentaires du public. il y a presque trois ans.

Westwood a déclaré que les effets néfastes de la nicotine sur les poumons des enfants avaient commencé bien avant la naissance des bébés de parents fumeurs et étaient parfois mortels.

«Les enfants et les jeunes se sont retrouvés dans les unités d’urgence à cause de ces énormes bouffées de nicotine, non seulement de manière émotionnelle, mais aussi physique et potentiellement mortelle. Un cerveau se développe et continue de se développer et n’est complètement mature qu’au début et au milieu de la vingtaine.

« Ceci est inacceptable. Nous devons nous assurer que ce genre de choses qui se produisent dans les poumons en croissance ne se produisent pas dans notre partie du monde. C’est ce que nous savons déjà des systèmes électroniques de distribution de nicotine. N’expérimentez pas sur les enfants de SA .

« Let ‘ arrêt de cela dans ses pistes. Nous ne facturons ‘ t veulent tromper les gens nos enfants de leur avenir à partir du moment avant leur naissance. Que ‘ s imaginer un avenir sans tabac et la nicotine. Qu’il n’y ait pas de vol, pas d’enlèvement de ces vies, pas de dégâts et de destruction, pas de déni de responsabilité en disant que nous ne savions pas, pas d’exploitation des jeunes et pas de mensonge et de vol du reste du pays.

Le Dr Yussuf Saloojee, directeur exécutif par intérim du Conseil national contre le tabagisme, a déclaré que si le gouvernement examinait sa propre histoire et voyait le déclin rapide lorsque de fortes lois anti-tabac ont été promulguées il y a environ 20 ans, projet de loi, nous réduirons rapidement le nombre de personnes qui meurent et tombent malades à cause du tabagisme ».

Alors que la SA avait l’habitude de prendre la tête de la lutte antitabac, elle a pris du retard au fil des ans, le tabagisme en public étant toujours autorisé, tandis que neuf autres pays africains étaient désormais totalement sans fumée.

«Nous étions déjà bien en avance sur le match, mais regardez où nous en sommes maintenant. Les Sud-Africains fument toujours dans les lieux publics. Si d’autres pays africains ont vu la sagesse de protéger les gens contre les dangers du tabagisme et de protéger les non-fumeurs, pourquoi ne pas l’arrêter ici? »

Saloojee a déclaré que le tabagisme provoquait des catastrophes sanitaires et que son impact économique était énorme.

«Les gens qui tombent malades ne peuvent pas aller travailler. Ceux qui meurent ne gagneront plus d’argent. Il y a aussi une perte de certitude. Bien sûr, le tabagisme est lié à la pauvreté, aux gens qui ne ‘ t gagner de l’ argent. Les gens qui ne peuvent pas travailler seront plus profondément dans la pauvreté. Ce sont les effets économiques de ce que fait le tabac.

«Beaucoup de gens diront, mais l’industrie du tabac paie des impôts. Eh bien, pour chaque rand de taxes collectées auprès de l’industrie, cela coûte au pays plus que R3. Ce « jeu de perdre sa. Le tabagisme ralentit l’économie.

«La Banque mondiale a déclaré que l’argent une fois dépensé pour les cigarettes serait plutôt dépensé pour d’autres biens et services, ce qui créerait de nouveaux emplois. La réalité est que si les Sud-Africains transféraient leurs dépenses d’achat de tabac, de cigarettes et de vapoteurs à d’autres biens et services, cela créerait plus d’emplois. Les cigarettes sont fabriquées par des machines. Ils ne sont pas à forte intensité de main-d’œuvre. Les non-fumeurs dépensent généralement plus pour l’éducation, la nourriture et les articles ménagers », a déclaré Saloojee.

Les avantages de l’abandon du tabac l’emportent sur la prise de poids associée à l’arrêt du tabac

Cesser de fumer était associé à un gain de poids et d’IMC significatif, mais les avantages de cesser de fumer dépassaient de loin les risques de surpoids, selon les résultats d’une étude de cohorte.

Le sevrage tabagique est connu pour réduire le risque de maladies chroniques majeures, augmenter l’espérance de vie et améliorer la qualité de vie, a expliqué Berhe W. Sahle, PhD, MPH, de la Melbourne School of Population and Global Health à Carlton, Australie, et ses collègues dans Réseau JAMA ouvert . Cependant, arrêter de fumer s’accompagne souvent d’une augmentation du poids et d’un indice de masse corporelle (IMC) plus élevé, qui est lui-même un facteur de risque établi pour une foule de problèmes de santé et est souvent cité par les fumeurs comme une raison de ne pas cesser de fumer.

La question, expliquent les auteurs de l’étude, est de savoir si les risques pour la santé associés à la prise de poids et à l’augmentation de l’IMC après l’arrêt du tabac l’emportent sur les avantages protecteurs de l’arrêt du tabac. Pour évaluer ce risque, Sahle et ses collègues ont mené une étude longitudinale avec une cohorte de 16663 adultes australiens pour estimer le poids et le gain d’IMC après l’arrêt du tabac et son association avec le risque de maladie cardiovasculaire (MCV), de diabète de type 2, de cancer, de bronchopneumopathie chronique obstructive. (MPOC) et la mortalité à long terme.

«Dans cette cohorte d’un échantillon communautaire représentatif à l’échelle nationale, l’abandon du tabac était significativement associé aux gains de poids et d’IMC par rapport à la poursuite du tabagisme», ont-ils écrit. «Cependant, les adultes qui arrêtaient avaient un risque de décès significativement plus faible que ceux qui continuaient à fumer, quels que soient leur poids et leur gain d’IMC. Ni le gain de poids ni le gain d’IMC survenu après l’arrêt du tabac n’ont été associés à un risque accru de MCV, de diabète de type 2, de cancer et de MPOC. Les résultats confirment que les avantages de l’abandon du tabac l’emportent sur les risques en termes de réduction de la mortalité dans la population générale sans augmenter les risques des principales maladies chroniques.

Pour leur analyse, Sahle et ses collègues ont utilisé les données de l’enquête Household, Income, and Labour Dynamics in Australia (HILDA), une enquête annuelle par panel qui a débuté en 2001. La présente étude a examiné les vagues d’enquête de 2006 (vague 6) à 2014 (vague 13) «parce que des questions sur les maladies chroniques à long terme ont été introduites à la vague 3 [2003] et des mesures anthropométriques à la vague 6», ont-ils expliqué.

Cette analyse était limitée aux participants âgés de 18 ans et plus avec des valeurs non manquantes sur le tabagisme, le poids et l’IMC. La cohorte de l’étude finale comprenait 16 663 participants (8 082 hommes et 8 581 femmes; âge moyen [ET] de 43,7 [16,3] ans). Les participants qui avaient une maladie cardiovasculaire, un diabète de type 2, un cancer ou une MPOC avant la vague 3 ont été exclus des analyses afin de minimiser la probabilité que les gens aient arrêté de fumer à la suite de ces maladies.

À chaque vague de l’enquête HILDA, les participants ont indiqué s’ils étaient fumeurs, jamais fumeurs ou s’ils avaient arrêté de fumer au cours de l’année précédente. Ils ont également autodéclaré leur taille et leur poids, qui ont été utilisés pour calculer l’IMC de chaque participant. Au cours des vagues 3, 7, 9 et 13, on a demandé aux participants d’indiquer s’ils avaient reçu un diagnostic de MCV (p. Ex., Maladie cardiaque, maladies circulatoires), de MPOC, de diabète de type 2 ou de cancer.

Les régressions de risques proportionnels de Cox ont été utilisées pour déterminer les rapports de risque (HR) pour l’association entre les changements de poids et l’indice de masse corporelle (IMC) et le risque de maladies chroniques. Les principaux résultats de l’étude étaient la prise de poids après avoir cessé de fumer, les accidents cardiovasculaires, le diabète de type 2, le cancer, la MPOC et la mortalité toutes causes confondues.

Sahle et ses collègues ont constaté que ceux qui ont déclaré avoir arrêté de fumer avaient des augmentations de poids plus importantes (différence moyenne [DM], 3,14 kg; IC à 95%, 1,39-4,87) et IMC (DM, 0,82; IC à 95%, 0,21-1,44) par rapport à fumeurs continus.

Cependant, «Par rapport aux fumeurs continus, les HR pour le décès étaient de 0,50 (IC à 95%, 0,36-0,68) chez les fumeurs qui ont perdu du poids, 0,79 (IC à 95%, 0,51-0,98) chez les fumeurs sans changement de poids, 0,33 (IC 95% , 0,21-0,51) parmi ceux qui ont pris 0,1 à 5,0 kg, 0,24 (IC à 95%, 0,11-0,53) parmi ceux qui ont pris 5,1 à 10 kg et 0,36 (IC à 95%, 0,16-0,82) parmi ceux qui ont gagné plus de 10 kg. Le HR pour le décès était de 0,61 (IC à 95%, 0,45-0,83) parmi les personnes qui ont perdu leur IMC, 0,86 (IC à 95%, 0,51-1,44) parmi les personnes qui ont cessé de fumer sans changement de l’IMC, 0,32 (IC à 95%, 0,21-0,50) parmi les personnes qui ont cessé de fumer. qui ont gagné jusqu’à 2 en IMC et 0,26 (IC à 95%, 0,16 à 0,45) chez les personnes qui ont cessé de fumer qui ont gagné plus de 2 en IMC. »

De plus, la prise de poids et la modification de l’IMC n’ont pas augmenté de manière significative le risque de MCV, de diabète de type 2, de cancer et de MPOC chez les patients qui ont arrêté de fumer.

«Nos résultats suggèrent que les avantages à long terme de l’arrêt du tabac l’emportent considérablement sur les risques associés au poids ou au gain d’IMC après l’arrêt du tabac», ont noté les auteurs de l’étude, ajoutant que leurs résultats sont cohérents avec les études précédentes.

«Du point de vue clinique et de santé publique, nos résultats suggèrent que les interventions de santé publique visant à promouvoir le sevrage tabagique dans la population devraient souligner que les bienfaits pour la santé de l’arrêt dépassent de loin les effets néfastes sur la santé de la prise de poids», ont-ils conclu. «À la lumière de la variabilité considérable de la quantité de gain de poids en fonction de la durée de l’arrêt du tabac, les lignes directrices cliniques pour l’arrêt du tabac peuvent devoir inclure des recommandations concernant le moment et la durée des interventions de gestion du poids après l’arrêt du tabac.»

Les limites de l’étude citées par les auteurs comprenaient l’auto-déclaration du diagnostic par le médecin, le poids et l’IMC, et l’arrêt du tabac, ainsi qu’un suivi à relativement court terme et la possibilité de confusion résiduelle due aux facteurs de risque environnementaux et aux interventions pour l’arrêt du tabac et le poids contrôle que l’étude n’a pas pu expliquer.

  1. Bien que le sevrage tabagique soit significativement associé à des gains de poids et d’IMC par rapport à la poursuite du tabagisme, ceux qui arrêtaient avaient un risque de décès significativement plus faible.
  2. Le poids et le gain d’IMC associés à l’arrêt du tabac n’étaient pas significativement associés à un risque accru de maladie cardiovasculaire, de diabète de type 2, de cancer et de MPOC.

25 faits inquiétants sur le tabagisme

photo docteur et patient

Comment les cigarettes affectent la santé et la société

Si vous êtes toujours sur la barrière quand il s’agit d’arrêter de fumer, détrompez-vous. Bien que vous puissiez penser que c’est un problème que vous pourrez résoudre plus tard, les preuves actuelles suggèrent que le temps ne joue pas en votre faveur. 

Bien que vous devriez toujours considérer l’abandon du tabac comme une étape positive vers une vie plus longue et plus saine, il est tout aussi important de comprendre les conséquences de l’inaction. Ce faisant, vous pouvez faire un choix plus éclairé et prendre les mesures nécessaires pour mettre fin à cette habitude une fois pour toutes. Ces chiffres parlent d’eux-mêmes.

 

  1. Il y a 1,3 milliard de fumeurs dans le monde aujourd’hui, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).  Si la tendance se poursuit, ce nombre devrait augmenter à 1,6 milliard d’ ici l’an 2025.
  2. Le tabac tue plus de 8 millions de personnes chaque année, ce qui se traduit par un décès lié au tabagisme toutes les cinq secondes.  C’est un million de décès de plus que chaque année du fait du VIH, de la tuberculose et du paludisme combinés. 
  3. Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), il y avait 37,8 millions de fumeurs aux États-Unis en 2016. 
  4. Plus de 16 millions d’Américains vivent actuellement avec une maladie liée au tabac, y compris la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC). 
  5. L’Arkansas, le Kentucky, la Louisiane, le Mississippi, le Missouri, l’Ohio, le Tennessee et la Virginie-Occidentale sont huit États où au moins 21,8% des adultes sont des fumeurs.  En Virginie – Occidentale, un adulte sur quatre est un fumeur.
  6. Plus de 480 000 Américains meurent chaque année du tabagisme, soit un décès sur cinq. 
  7. En moyenne, fumer réduira de 13 ans votre espérance de vie. Si vous avez le VIH, ce nombre passera à 16 ans. 
  8. Le cancer du poumon n’est pas la seule malignité que vous pouvez obtenir en fumant. D’autres comprennent le cancer de la vessie, du sang, de la moelle osseuse, du col de l’utérus, du côlon, de l’œsophage, des reins, du larynx, du foie, de la bouche, du pancréas, du rectum, de l’estomac et de la gorge. 
  9. En plus du cancer, le tabagisme peut augmenter considérablement votre risque de maladie coronarienne et d’accident vasculaire cérébral. 
  10. Le tabagisme est un problème qui touche le plus les plus pauvres. En fait, 80% des fumeurs du monde vivent dans des pays à revenu faible ou moyen.  Même aux États-Unis, 24,3% des personnes vivant sous le seuil de pauvreté sont des fumeurs, contre 14,3% de celles vivant au-dessus du seuil de pauvreté.
  11. La Chine compte 300 millions de fumeurs qui consomment environ 1,7 billion de cigarettes par an, soit environ trois millions de cigarettes par minute.  Une cigarette sur trois fumées dans le monde se trouve en Chine.
  12. Dans le monde, environ 10 millions de cigarettes sont achetées par minute, 15 milliards sont vendues par jour et plus de six mille milliards sont produites et utilisées chaque année. 
  13. Une cigarette typique peut contenir de 8 à 9 milligrammes de nicotine . En revanche, la teneur en nicotine d’un cigare peut aller de 100 milligrammes à 400 milligrammes. 
  14. Il y a suffisamment de nicotine dans cinq cigarettes pour tuer un adulte moyen si elles sont ingérées entières.  La plupart des fumeurs ont une moyenne de 1 à 2 milligrammes de nicotine par cigarette, dont 0,03 milligrammes est absorbé dans la circulation sanguine.
  15. Il y a plus de 7 000 produits chimiques dans la fumée de tabac, dont plus de 250 sont connus pour être nocifs, plus de 69 sont connus pour causer le cancer et 16 sont classés comme cancérogènes du groupe I. 
  16. Le benzène est une cause majeure de leucémie myéloïde aiguë. Sans surprise, la fumée de cigarette est la principale source de benzène. Parmi les fumeurs aux États-Unis, 90% de leur exposition au benzène proviendra de la cigarette. 
  17. Le plomb radioactif, le polonium et le cyanure d’hydrogène peuvent tous être trouvés dans la  fumée de cigarette . Les amateurs d’histoire reconnaîtront le cyanure d’hydrogène comme un composé utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale comme agent génocidaire.
  18. Sur les 8 millions de décès liés au tabagisme signalés chaque année dans le monde, 1,2 million sont dus au tabagisme passif.  En dépit de ce que certains peuvent vous dire, il n’y a pas de niveau d’exposition sans danger à la fumée secondaire.
  19. Le tabac coûte à l’économie américaine plus de 300 milliards de dollars chaque année. Sur ce montant, 170 milliards de dollars sont destinés aux soins médicaux, tandis que plus de 156 milliards de dollars sont attribués à la perte de productivité due à la maladie et à la mort. 
  20. Alors que de moins en moins de jeunes adultes fument des cigarettes aux États-Unis aujourd’hui, environ 1 600 adolescents essaient leur première cigarette chaque jour. On estime que près de 200 jeunes commencent à fumer chaque jour.
  21. Les statistiques suggèrent que 5,6 millions d’enfants vivant aujourd’hui aux États-Unis mourront d’une maladie liée au tabagisme. Cela équivaut à un enfant sur 13. 
  22. Il y a environ 399 millions de fumeurs dans la région du Pacifique occidental (qui comprend l’Asie de l’Est, le Pacifique et l’Oceana), et près de la moitié des hommes adultes qui y vivent sont actuellement des fumeurs de tabac. 
  23. Seulement 20% de la population mondiale est protégée par les lois sur le tabagisme, principalement dans les pays à revenu élevé. 
  24. À l’échelle mondiale, le tabac cause plus de 7 millions de décès par an, les estimations atteignant 8 millions d’ici 2030. 
  25. L’OMS a conclu que la moitié de tous les fumeurs mourront des suites de l’usage du tabac. 

Si vous êtes un fumeur et que vous souhaitez arrêter de fumer, décidez-vous de faire le nécessaire et de faire le travail nécessaire pour arrêter de fumer aujourd’hui Vous ne le regretterez pas.

Comment arrêter de fumer à l’occasion de la Journée mondiale sans tabac ?

 

Arrêtez de fumer à l’occasion de la Journée mondiale sans tabac.
Le 31 mai marque la Journée mondiale sans tabac, qui vise à sensibiliser le public aux dangers du tabac. Le thème de cette année est « S’engager à arrêter », et si vous êtes fumeur, il n’y a pas de meilleur moment qu’aujourd’hui pour arrêter de fumer.

Lorsque vous arrêtez de fumer, vous bénéficiez de nombreux avantages immédiats pour votre santé, vos finances et votre bien-être personnel. Vous réduirez également votre risque de contracter 16 cancers causés par le tabac. Les résultats en valent la peine et vous pouvez bénéficier d’un soutien important.

Prêt à arrêter de fumer ? Consultez nos cinq principaux conseils pour vous aider.

  1. Comprendre les symptômes de sevrage
    Il se peut que vous ressentiez des symptômes de sevrage après avoir arrêté de fumer. Ils sont le signe que la nicotine quitte votre organisme, que votre corps guérit et que vous êtes en meilleure santé.

Les symptômes de sevrage durent généralement deux semaines et finissent par disparaître. Voici des idées pour faire face aux symptômes de sevrage les plus courants.

Sensation d’agitation, de tension ou de colère

Respirez profondément
Faites des exercices de relaxation
Allez vous promener, faites quelque chose de physique
Écoutez de la musique ou prenez un bain


Vous avez du mal à dormir

Détendez-vous
Écoutez de la musique
Prendre une boisson chaude et lactée
Faire de l’exercice pendant la journée


Se sentir triste

Détendez-vous
Allez vous promener, faites quelque chose de physique
Faites quelque chose d’agréable pour vous-même
Tendez la main à vos amis ou à votre famille


Constipation ou diarrhée

Buvez 8 à 10 tasses d’eau par jour.
Mangez plus de fruits, de légumes et de céréales


Difficulté à se concentrer

Faites des listes
Divisez les tâches en petits morceaux et faites-les une par une, en faisant des pauses entre chaque.


Augmentation de l’appétit et prise de poids

Grignotez des aliments sains
Limitez les friandises sucrées et riches en graisses.
Faites un peu d’exercice.


Toux ou serrement de la gorge

Buvez de l’eau.
Sucez une pastille pour la gorge
Laissez du temps au temps, cela va s’atténuer.

  1. Concentrez-vous sur les avantages de l’arrêt du tabac
    L’arrêt du tabac mettra votre volonté à l’épreuve. Déterminez les raisons d’arrêter de fumer qui sont importantes pour vous et rappelez-vous-les pour vous motiver.

Dès que vous arrêtez de fumer, vos risques de cancer, d’accident vasculaire cérébral et de maladie cardiaque diminuent. Vous vous sentirez en meilleure santé et aurez plus d’énergie, et vous respirerez mieux.
Vous vous sentirez plus maître de la situation.
Si vous avez des enfants, vous pouvez leur donner le bon exemple et réduire le risque qu’ils fument.
L’argent que vous économisez en ne fumant pas s’additionne.

  1. Utilisez les produits de substitution de la nicotine qui peuvent vous aider à arrêter de fumer.
    Certaines personnes peuvent choisir d’arrêter de fumer d’un coup, mais cela ne convient pas à tout le monde. Pensez à la thérapie de remplacement de la nicotine (TRN) qui libère de petites doses de nicotine et réduit les symptômes de manque et les envies de fumer.

Les produits de remplacement de la nicotine se présentent sous forme de patchs, de gommes, de pastilles, de sprays et d’inhalateurs, et sont disponibles en vente libre ou sur ordonnance.

  1. Prenez soin de vous pendant que vous arrêtez de fumer
    Prenez soin de votre santé physique et émotionnelle. Dormez suffisamment, mangez bien et faites de l’exercice.

Prenez une journée à la fois et donnez-vous des récompenses et des encouragements. Prévoyez une activité agréable pour chaque jour afin de vous donner quelque chose à faire avec plaisir.

Votre esprit va vous convaincre que vous avez besoin de fumer.

La façon dont vous pensez affecte la façon dont vous vous sentez et agissez. Si vous faites un faux pas, vous pourriez vous sentir coupable et vouloir abandonner. Si vous faites un faux pas, rappelez-vous qu’il s’agit simplement d’un faux pas et revenez à votre plan normal. Faire un faux pas ne fait pas de vous un fumeur à nouveau.

  1. Obtenez du soutien
    Vous n’êtes pas seul lorsque vous arrêtez de fumer, car il existe des services de soutien pour vous aider à rompre avec cette habitude.

Parlez-en à votre médecin généraliste, qui pourra discuter avec vous de toutes vos inquiétudes concernant l’arrêt du tabac. Il peut vous conseiller et vous prescrire des médicaments pour vous aider à arrêter de fumer. Si vous prenez des médicaments, votre médecin généraliste vous indiquera également s’ils doivent être ajustés lorsque vous arrêterez de fumer.

Pour des informations et des conseils gratuits et confidentiels, appelez la tabac info service  au ( 3989) . Vous pourrez parler à un conseiller téléphonique professionnel qui vous fournira des ressources et un soutien pour vous aider à arrêter de fumer. En appelant , vous doublez vos chances d’arrêter de fumer.

 

Il existe de nombreuses approches pour arrêter de fumer. Si vous n’êtes pas sûr de celle qui vous convient, parlez-en à votre médecin. Vous devrez peut-être vous entraîner à arrêter de fumer plusieurs fois avant d’y parvenir. Continuez d’essayer et n’abandonnez pas.

 

Plus d’un milliard de fumeurs ont déjà essayé d’arrêter de fumer – qu’est-ce qui n’a pas marché ?

Photo stop smoking- panneau stop + cigarette allumé

 

Actuellement, vingt pour cent de tous les humains sur terre fument des cigarettes et n’ont aucune idée de la façon d’arrêter. Ils vous diront qu’ils ont déjà arrêté, mais l’ont-ils fait ? Ils vous diront qu’ils sont sur le point d’arrêter bientôt, mais le font-ils ? Comment ? D’un coup sec ? Seuls trois à cinq pour cent des fumeurs qui arrêtent de fumer « d’un coup », c’est-à-dire brusquement et sans aucune aide, tiennent plus de six mois sans être entraînés dans le courant par une seule cigarette, généralement due au stress, et ils recommencent à fumer un paquet par jour en quelques semaines.

Les patchs et les gommes à la nicotine sont eux aussi pratiquement sans espoir, avec un taux de réussite de seulement 4 %. Cette statistique lamentable s’explique principalement par le fait qu’ils contiennent toujours de la nicotine, la troisième drogue la plus addictive au monde. De plus, le patch et la gomme sont des arnaques pharmaceutiques fabriquées et vendues par Big Tobacco. Surprise, surprise. Arrêter de fumer en utilisant le patch ou la gomme, c’est comme essayer d’arrêter d’être alcoolique en passant du whisky à la bière. Et puis il y a les médicaments horribles qui provoquent une dépression encore pire que le tabagisme, y compris des envies de suicide. Nous n’en parlerons pas.

Les produits chimiques contenus dans les cigarettes sont à l’origine de votre dépendance, plus que la nicotine elle-même.

Les plants de tabac peuvent avoir des maladies et des virus, ils sont donc « traités » avec des produits chimiques pour les tuer, mais le seul problème est que ces produits chimiques tuent aussi les humains, mais pas aussi rapidement que les mauvaises herbes. À chaque bouffée de cigarette, vous fumez un peu de pesticide. Alors, qu’arrive-t-il à votre cerveau et à votre corps lorsque vous ingérez ces insecticides et herbicides qui sont fabriqués avec des produits chimiques dans des laboratoires par des scientifiques portant des combinaisons de protection ?

Les symptômes d’un empoisonnement aux pesticides à long terme comprennent la dépendance à la nicotine, un stimulant qui sert d' »aspirine » en cas de « gueule de bois » due aux produits chimiques de la cigarette. Vous vous sentez nauséeux ? Fumez un cigare. Vous avez mal à la tête ? Allumez un carré. Vous avez ingéré des organochlorés, organophosphorés, pyréthines, carbamates et paradichlorobenzènes. Vous vous sentez étourdi, faible, désorienté et un peu craintif ? Vous n’êtes qu’une mauvaise herbe ou un insecte, qui a besoin d’être soulagé d’un empoisonnement lent par les pesticides.

Le paradichlorobenzène, un pesticide toxique présent dans les cigarettes, est à l’origine de la majorité des problèmes de santé des fumeurs.

Vous êtes probablement familier avec les boules de mites. Eh bien, le paradichlorobenzène est l’insecticide fumigène qui tue les mites qui mangent les vêtements. On le trouve dans le ciment de caoutchouc, l’essence à briquet et l’essence. Il est aussi utilisé dans ces petits disques parfumés en forme de hockey que vous voyez dans les urinoirs. Son utilisation a été approuvée pour la première fois aux États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale, sous le nom de 1,4-dicholorobenzène. Les boules à mites qui en contiennent sont des solides qui se transforment en un gaz toxique qui tue les mites. Outre l’acétone, l’ammoniac, l’arsenic et le butane, les cigarettes contiennent du paradichlorobenzène.

Examinons la liste des principaux symptômes de l’empoisonnement au paradichlorobenzène, et vous aurez peut-être l’impression que nous décrivons tous les fumeurs de la planète Terre : problèmes respiratoires (rapides, lents, superficiels ou douloureux), toux, changements dans la vigilance, peau jaune (jaunisse) et, bien sûr, maux de tête récurrents. Et voici comment on vous traiterait aux urgences pour un empoisonnement aux pesticides : Fluides IV, charbon actif, assistance respiratoire (ventilateur) et laxatifs.

Combattre la gueule de bois chimique avec davantage de produits chimiques est une bataille perdue d’avance.

Il y a actuellement plus d’un milliard de fumeurs dans le monde, dont la moitié aimerait arrêter, mais ne sait pas comment. Ils ne savent pas comment mener la grande bataille de la dopamine autrement qu’avec des bâtons de cancer chargés de nicotine.

Au lieu de lutter contre la gueule de bois chimique, encore et encore, pourquoi ne pas éliminer l’envie de consommer la drogue qui vous pousse à vous frapper sans cesse la tête contre le même mur ? C’est pourquoi c’est en combattant la gueule de bois chimique avec d’autres produits chimiques que vous « perdez la guerre ». Vous voyez, si vous ne gagnez pas la bataille de la dopamine, vous perdez la guerre de l’arrêt du tabac. Augmentez vos niveaux de dopamine naturellement, avec des super aliments et des suppléments, et vous pourrez écrire votre propre ticket pour sortir du labyrinthe de la nicotine.

 

 

La Motivation : comment l’évaluer?

poisson sautant dans autre bocal

Suis-je suffisament motivé ?

Que vous ayez choisi de vous faire accompagné dans cette voie ou même si vous vous lancez le challenge d’arrêter seul(e), la motivation pour devenir non fumeur est primordiale pour atteindre cet objectif. Pas toujours facile pourtant de discerner le degré de cette motivation entre « je devrais » « j’aimerais bien » et « je veux » !

Il est possible d’évaluer le degré de motivation pour arrêter de fumer par l’intermédiaire de l’Echelle Q-MAT .

Répondez le plus objectivement possible à cette série de petites questions et vous aurez un aperçu du niveau auquel vous vous situez.


Pensez-vous que dans 6 mois :
– Vous fumerez toujours autant ? 0
– Vous aurez diminué un peu votre consommation de cigarettes ? 2
– Vous aurez beaucoup diminué votre consommation de cigarettes ? 4
– Vous aurez arrêter de fumer ? 8

Avez-vous actuellement, envie d’arrêter de fumer ?
– Pas du tout 0
– Un peu 1
– Beaucoup 2
– Enormément 3

Pensez-vous que dans quatre semaines :
– Vous fumerez toujours ? 0
– Vous aurez diminué un peu votre consommation de cigarettes ? 2
– Vous aurez beaucoup diminué votre consommation de cigarettes ? 4
– Vous aurez arrêter de fumer ? 6

Vous arrive-t-il de ne pas être content (e) de fumer ?
– Jamais 0
– Quelquefois 1
– Souvent 2
– Très souvent 3

(Score total/20)

Grille de lecture :
– inférieur ou égal à 6 points : motivation insuffisante
– de 7 à 12 points : motivation moyenne
– supérieur à 12 points : bonne ou très bonne motivation

Si votre score n’est pas celui que vous attendiez, ne baissez pas les bras. Il se peut que votre état émotionnel influence vos réponses. Refaites-le en prenant soin de choisir un moment où vous vous sentez bien, tranquille.

Le tabagisme passif

20130515_tabagismePassif

1.  Qu’est-ce que le tabagisme passif ?

Le tabagisme passif consiste à inhaler, de manière involontaire la fumée dégagée par un ou plusieurs fumeurs.

2.  Pourquoi le tabagisme passif est-il toxique ?

La fumée de tabac contient plus de 4000 substances chimiques parmi lesquelles la nicotine, des irritants, des produits toxiques (monoxyde de carbone…) et plus de 50 cancérogènes (substances qui peuvent provoquer ou favoriser l’apparition de cancer). La fumée est extrêmement nocive pour le fumeur mais elle l’est également pour le non-fumeur. Le fumeur passif respire la fumée répandue dans l’atmosphère. Cette fumée provient du courant qui s’échappe directement d’une cigarette, d’une pipe ou d’un cigare. Or le courant secondaire de cigarette est plus toxique que la fumée inhalée directement par le fumeur. Selon l’Académie de Médecine, la fumée de tabac constitue « la source la plus dangereuse de pollution de l’air domestique, en raison de sa concentration élevée en produits toxiques mais aussi parce que l’on y est exposé à tout âge et pendant des périodes beaucoup plus longues que celles où l’on subit une pollution

3.  Quels sont les risques du tabagisme passif ?

Au-delà de la gêne occasionnée, le tabagisme passif aggrave des pathologies existantes et en crée de nouvelles. Les risques demeurent certes moins importants que chez le fumeur actif, mais les conséquences pour la santé sont réelles. Ces risques augmentent avec la durée et l’intensité de l’exposition. En France, on estime même que quelques milliers de non-fumeurs meurent prématurément chaque année de maladies provoquées par le tabagisme passif.

Effets sur le fœtus

En cas de tabagisme actif de la femme enceinte : – Augmentation du risque de fausse couche, de grossesse extra-utérine et d’accouchement prématuré – Retard sur le développement du fœtus – Plus petit poids du bébé à la naissance

En cas de tabagisme passif subi par la femme enceinte : – Le tabagisme passif subi par les femmes enceintes non-fumeuses dont le conjoint fume a un effet mesurable sur l’enfant, bien que moins important.

Effets sur le jeune enfant

Fumer en présence d’un enfant entraîne : – Une irritation des yeux, du nez et de la gorge – Une fréquence accrue des rhinopharyngites et des otites – Un plus grand risque de crises d’asthme et d’infections respiratoires telles que la pneumonie et la bronchite – Une faible mais significative diminution du développement du poumon – Une augmentation des risques de mort subite chez le nourrisson

Effets sur l’adulte

Cancer des sinus de la face : le tabagisme passif fait plus que doubler ce risque – Accidents vasculaires cérébraux : le tabagisme passif altère les parois des artères et double le risque d’accident vasculaire cérébral. – Cancer du poumon : le risque de développer un cancer du poumon chez un non-fumeur est augmenté de 25% si son conjoint fume – Accidents cardiaques : l’exposition à la fumée de cigarette augmente de 50% le risque d’avoir une crise cardiaque.

http://www.tabac-info-service.fr/